Fédérale 1 – 13e Journée – Oloron démarre fort 2019

Écrit par Fabrice Borowczyk le . Publié dans Comptes Rendus

pack fco bagnères 6 1 2019 yves bergantinOloron      : 47
Bagnères :   6

 

 

Mi-Temps : 25-6. Lieu : Oloron (Stade St Pée). Public : 800. Arbitre : Ludovic Sacarot  (Périgord Agenais).

 

Pour Oloron :

7 Essais Deguilhem (6e, 59e), Pailhassar (16e, 50e), Chantereau (29e), De Clercq (40e), Chabat (56e),  3 Transformations (40e, 50e, 56e) et 2 Pénalités (22e,  80e) : Bourdieu.

Pour Bagnères :

2 Pénalités Lassalle (2e, 34e).

Carton jaune : Lesbani (25e).

 

F.C. Oloron :

Clouté (Fabe 61e) ; Pailhassar (A. Arroyo 72e) – Chantereau – C. Arroyo (Boucau 64e) – Deguilhem ; (o) Bourdieu – (m) Paillot ; Crampé - Chabat – Lacave (Lacassy 61e) ;  Sestiaa © – Casassus (P. Constant 61e) ; De Clercq (Aléo 63e) – Tessariol (Barrenquy  69e) – Aléo (Moncade 56e).

 

Stade Bagnérais :

Matier (Dulucq 51e) ; Lastignères – De la Fuente (Ibos 60e) – Cabanne – Garlat ; (o) Lassalle – (m) Arnaune (Cayrolle 54e) – Futan – Bonan (Alvarez 80e) – Gayri ; Szabo  (Bourhis 41e) – Dutrey (Degrave 51e) ; Lisbani (Szabo 74e) – Pujo © (Brau 41e) – Acosta (Reyes 55e).

 

Deux minutes. C’est le temps total durant lequel les supporters oloronais auront été inquiets dans ce match. Les deux premières exactement. Sur le coup d’envoi des visiteurs, un ballon cafouillé par la défense oloronaise et repris hors-jeu par Anthony Aléo offre la toute première pénalité du match à Maxime Lassalle, qui ne se prive pas de la transformer (0-3, 2e). Mais ensuite, les Oloronais vont offrir à leur public un magistral spectacle. Autrefois, il était de coutume, dans les premiers jours de l’année civile, d’offrir des « étrennes » après les cadeaux de Noël, les joueurs Oloronais en ont offert de très belles à leurs supporters pour le début de cette année 2019. Depuis plusieurs saisons, le Stade Bagnérais apparaissait comme « la bête noire » du FCO… cette fois, la bête n’a pas fait long feu face aux coups de boutoirs de Haut-Béarnais survoltés. A l’image d’un paquet d’avants ultra-dominateur. On ne joue que depuis 5 minutes, lorsque la première mêlée se joue. Sur l’introduction bagnéraise, le pack local emporte tout sur son passage et fait reculer son vis-à-vis sur 15 mètres. Le ton est donné, les Oloronais se veulent conquérants et impitoyables. La toute première action d’envergure locale, avec une parfaite succession de jeu d’avants et de trois-quarts aboutit au premier essai du match par Marius Deguilhem après seulement 6 minutes de jeu (5-3, 6e). Six autres essais suivront dans cette rencontre. Même si le pack local s’est montré largement supérieur à son vis-à-vis, les lignes arrières vont se tailler la part du lion, en inscrivant 6 des 7 essais, avec deux doublés à la clef pour les deux ailiers : Marius Deguilhem et Arnaud Pailhassar, pour un essai d’avants, inscrit par Jean-Baptiste De Clercq suite à une penaltouche captée par Pierre Crampé et parfaitement bonifiée ensuite.


pack fco bagnères 6 1 2019 yves bergantin

« Le pack oloronais a fait reculer celui de Bagnères tout au long des  80 minutes »

Photo : Yves Bergantin.

 
Avancées dévastatrices du pack oloronais
La domination du pack oloronais fut telle, qu’en première période, chaque supporter oloronais accueillait les mêlées ordonnées avec délice. Que l’introduction soit bagnéraise ou oloronaise, chaque fois le scénario était identique : une avancée dévastatrice des hommes d’Ebel et Chadebech. A la pause l’essentiel du boulot était déjà accompli avec 4 essais à 0 et le bonus offensif en poche. Restait à le conserver. Car l’apathie bigourdane ne pouvait se maintenir à un tel niveau en seconde période. Une réaction s’imposait. Elle eut lieu, Bagnères, certainement secoué à la pause par son duo d’entraîneurs et surtout vexé d’une telle fessée, se rebellait dès l’entame de la seconde période. Mais après le bleu « paillettes », le FCO allait enfiler le bleu de chauffe en défense, tant dans ses 15 mètres que dans le camp adverse, n’hésitant pas à défendre très haut pour empêcher toutes les relances au long cours des Bigourdans. Le rythme du match ne baissa jamais, bien aidé en cela par un très bon et très intelligent arbitrage de Ludovic Sacarot, adepte de l’avantage et qui laissa beaucoup jouer, n’hésitant pas à revenir à la faute si besoin, et venant à contre-courant de beaucoup de « nerveux du sifflet », casseurs permanents du rythme. Si la température extérieure était polaire, la chaleur dans les cœurs oloronais était bien de mise en ce premier dimanche de l’année à Saint-Pée.

Fabrice Borowczyk

Il a dit :

Pierre Chadebech (nouvel entraineur des trois-quarts oloronais) : « J’ai bien aimé l’état d’esprit affiché par l’équipe aujourd’hui. Elle a su prendre des initiatives et faire preuve de solidarité. On inscrit de beaux essais, mais on a encore une grosse marge de progression. Attention! Nous n’avons pas battu la meilleure équipe de Bagnères aujourd’hui. Il faut relativiser… Et essayer de confirmer dimanche prochain à Anglet ! ».