Finale de la Coupe de France Régionale à Bercy

Écrit par Fabrice Borowczyk le . Publié dans Non catégorisé

IMG 9351Les Souletines reines de l’Arena

A Paris (AccorHotels Arena). Arbitres : Hélène Sauval et Amandine Vahé.

Zibéro Tardets : 29
Kremlin-Bicêtre : 24

Mi-Temps : 12 - 11

Zibéro Tardets :
Gardiennes de buts : Elichiry (8 arrêts dont 1 pen), A. Erreçaret (5 arrêts dont 1 pen), N. Jargoyhen (1 arrêt).
Joueuses de champ : Berrogain (6/6), Blanco (0/1), Castege (6/9 dont 2 pen), Egoscué (1/4 dont 1 pen), E. Erreçaret (4/6 dont 2 pen), A. Jargoyhen (c)(6/8), Marmissolle (1/3), Mendy (1/1), Murcuillat (3/11), Prat (1/1), Sagardoyburu (0/1).
Entraîneur : Denise Challa.
Exclusions temporaires : Murcuillat (35e, 60e), A. Jargoyhen (12e), Marmissolle (28e), Mendy (38e), Castège (48e), Egoscué (52e).

CSA Kremlin-Bicêtre :
Gardiennes de buts : Defrance (7 arrêts dont 1 pen), Clodion (6 arrêts).
Joueuses de Champ : Cazorla (1/2), Etienne (3/7), Ferhaoui (5/6 dont 3 pen), Louis (), Merkiled (2/4), Ngo Um Kadal (), Penda (1/1), Saidi (1/3), Scheininger (2/6), Ticherfatine (c)(2/3 dont 1 pen), Tichit (4/7), Traoré (3/4).
Entraîneur : Jarfa Seba.
Exclusions temporaires : Traoré (18e, 40e), Scheininger (29e), Merkiled (46e), Louis (53e), Cazorla (60e), Saidi (60e).

Fantastiques Tardetsiennes qui ont réalisé ce qu’aucune autre équipe n’était parvenue à réussir avant elles : ramener la Coupe de France régionale dans le département ! Et le plus fort de tout, c’est que la victoire de la « bande à Denise » est on ne peut plus méritée et logique. « Faites-vous plaisir, jouer au handball, faîtes-nous plaisir », les derniers mots prononcés par Denise Challa dans son discours d’avant-match ont été appliqués à la lettre par ses joueuses. Appliquées, elles l’ont été également ces sacrées Souletines , capables d’interdire durant 60 minutes aux joueuses « locales » du Kremlin-Bicêtre de mener ne serait-ce qu’une fois au score. Le handball du fin fonds du Pays Basque intérieur qui vient dicter sa loi, celle du plus fort, au handball de la capitale sur ses propres terres ! Le handball des « pauvres » qui donne une leçon au handball des « aisés ». Le handball des villages qui terrasse celui des villes. Oui....qui « terrasse », car le Zibéro a littéralement survolé les débats. D’entrée de jeu, deux styles sont apparus, totalement opposés. Une défense compacte et alignée côté Zibéro et une défense étagée avec Siham Scheininger en haut point côté francilien. Très vite, les deux n°s 14, Laurene Etienne côté Kremlin et Sophie Castège côté Zibéro font parler la poudre de leur bras. Mais là encore, c’est la Souletine qui va briller de mille feux, car en face, la joueuse d’Ile de France va être prise en stricte d’une manière quasi parfaite durant toute la rencontre, notamment par Aurore Jargoyhen, au four de la défense, et au moulin de l’attaque durant 60 minutes.
Deux équipes aux qualités diamétralement opposées

Et quand ce n’était pas Aurore qui s’occupait du cas de la star adverse, c’était Manon Mendy qui s’y collait, mais avec tout autant de réussite. Tardets a si bien maîtrisé son sujet qu’en infériorité numérique, les partenaires de Maitena Berrogain ont creusé le premier écart significatif du match (9-5, 13e). Sur pénalty, Emilie Erreçaret (messieurs les commentateurs, il y a une cédille !), augmentait même l’avantage (11-6, 19e). Et heureusement finalement, car les courageuses et talentueuses Souletines vont subir un coup de pompe physique dans les 3 dernières minutes, qui va voir les locales revenir sur leurs talons en inscrivant un 0-4 en 3 minutes qui remet tout en cause à la pause (12-11). Les deux équipes ont présenté des qualités diamétralement opposées : densité physique et puissance côté Kremlin, vivacité et intelligence de jeu côté Zibéro. Grâce à une Aurore Jargoyhen et une Kattin Marmissolle combatives à souhait, Tardets se détache à nouveau (19-15, 43e). Mais de nouveau, les Souletines éprouvent le besoin de souffler et le Kremlin finit par égaliser (22-22, 52e). Cette fois, on pense que ce sont les tripes et la vaillance que vont devoir utiliser les Tardetsiennes pour l’emporter. Que nenni, c’est grâce à quelques parades déterminantes d’Alexia Erreçaret (non non messieurs les commentateurs, ce n’est pas la sœur d’Emilie !), et par la qualité et la variété de leur jeu qu’elles vont l’emporter le plus logiquement du monde. Il y a quelques années, des joueurs de la ceinture parisienne qui venaient jouer à Tardets disaient : « il y a la salle, après il y a la forêt, et après...y a plus rien ! ».... Et bien désormais sachez qu’il y aura encore une chose...un trophée nommé : Coupe de France !

Fabrice Borowczyk

Ils ont dit :
Jarfa Seba (entraîneur Kremlin-Bicêtre) : « Aujourd’hui, il y avait énormément de différences entre les deux styles de jeu. On avait pris des renseignements sur cette équipe, on savait que le jeu sur les grands espaces était leur point fort, et elles nous ont dominées là-dessus. Nous avons couru après le score tout le match et mes filles ont bien lutté, en vain. Je dis un grand bravo à Tardets pour sa victoire ».

Denise Challa (entraîneur Tardets) : « Je suis extrêmement heureuse de ce que nous avons produit. Notre équipe est fantastique, elle sait jouer avec le cœur. On n’a pas de star dans le collectif, c’est le collectif qui est la star. On avait une telle envie de bien faire...... ça récompense une saison compliquée... c’est ma première saison dans ce club qui est un retour aux sources pour moi et c’était très important, et je suis très très heureuse du résultat avec en prime la manière ».

IMG 9351

« Si vous cherchez la Coupe de France, elle est dans un petit village de Haute Soule, nommé Tardets ».